Skip to main content
HISTOIRE, FORMES ET COULEURS

L’histoire du poinsettia

L' »Euphorbia pulcherrima » a une histoire extraordinairement longue derrière elle : les Aztèques d’Amérique centrale connaissaient déjà cette plante et la vénéraient – au 16e siècle, les Américains et les Européens l’ont également connue. Aujourd’hui, il est difficile d’imaginer la période de l’Avent sans elle dans le monde entier.

L’étoile de Noël est également connue sous le nom d' »étoile des Aztèques ». Les Aztèques vivaient en Amérique centrale aux 14e et 15e siècles et étaient connus pour leurs grandes connaissances botaniques. Ils connaissaient d’innombrables plantes, leurs vertus médicinales et leurs éventuelles autres utilisations. Ils admiraient particulièrement une plante : un arbuste vert qui pouvait atteindre jusqu’à quatre mètres de haut et développer de magnifiques feuilles rouges.

Ils appelaient cette plante « cuitlaxochitl », ce qui signifie à peu près « fleur de cuir », et la vénéraient comme un symbole de pureté en raison de ses magnifiques feuilles rouges. Les Aztèques cultivaient des poinsettias dans leurs jardins et les utilisaient pour décorer leurs temples. Ils utilisaient également l’arbuste pour extraire un colorant rouge des feuilles et transformaient le lait de la plante en un médicament contre la fièvre. C’est probablement en raison de toutes ces utilisations qu’elle était considérée comme la plante préférée de l’empereur aztèque Montezuma.

La plante aztèque arrive en Europe

Entre 1519 et 1521, plusieurs navires espagnols ont accosté sur la côte d’Amérique centrale ; les équipages ont conquis le territoire aztèque et capturé le légendaire empereur Montezuma. Les Espagnols ont eux aussi rapidement pris goût à cette plante exceptionnellement belle et utile :

Le naturaliste et médecin espagnol Francisco Hernandez de Toledo la décrivit même dans son ouvrage « Rerum medicarum Novae Hispaniae therausus » (approximativement : « Répertoire de toutes les utilisations médicales de la nouvelle Espagne »). Hernandez de Toledo fut ainsi le premier étranger à être fasciné par la « cuitlaxochitl » des Aztèques – mais il ne devait pas être le dernier, loin de là.

« Euphorbia pulcherrima » est officiellement nommée

En effet, après la conquête espagnole, de plus en plus d’Européens sont apparus dans la région : Vers 1800, les compatriotes de Hernandez de Toledo, Marin Sesse y Lacasta et José Mariano Macin, arrivèrent. Ils effectuaient un voyage d’exploration au cours duquel ils découvrirent le « cuitlaxochitl » – et furent si enthousiastes à son sujet qu’ils en envoyèrent plusieurs exemplaires en Espagne.

En 1803, le naturaliste allemand Alexander von Humboldt ramassa sur place quelques-unes des plantes et les emporta à son retour en Allemagne – trente ans plus tard, le botaniste Wilhelm Friedrich von Karwinsky von Karwin fit de même en rapportant plusieurs exemplaires d’un voyage au Mexique. Désormais remarquée à plusieurs reprises, « Cuitlaxochitl » a reçu officiellement un nom latin.

La plante est désormais également connue sous le nom de « Poinsettia »

Dans la « Allgemeine Gartenzeitung », elle fut nommée Euphorbia pulcherrima, « la plus belle des euphorbes ». Elle porta bientôt un autre nom, non officiel : « Poinsettia », comme on l’appelait alors. C’est à l’homme politique américain et botaniste amateur Joel Roberts Poinsett qu’elle le doit ; celui-ci était le premier ambassadeur des États-Unis au Mexique et voulait découvrir le pays.

Lors d’une excursion sur place, il a trouvé la plante et a été immédiatement séduit par sa beauté. Il l’a emportée avec lui aux États-Unis, l’a distribuée à ses amis et connaissances et l’a envoyée à des jardins botaniques dans tout le pays, dont le Bartram’s Botanical Garden à Philadelphie. Là, la décision fut prise : la plante était si belle qu’elle devait être cultivée et vendue – et elle fut présentée au Philadelphia Flower Show.

Populaire partout dans le monde, surtout à Noël

Les gens étaient enthousiastes et bientôt le « poinsettia » fut vendu partout dans le pays, dans les régions chaudes il poussait désormais aussi à l’état sauvage. C’est ce qu’a exploité Albert Ecke, un immigré allemand, au début du 20e siècle : Des poinsettias sauvages poussaient sur ses terres. Il trouvait les feuilles rouges très festives et vendait donc des bouquets de « poinsettia » à Noël, ce qui lui a valu un énorme succès.

Un succès tel qu’il put bientôt se consacrer entièrement à la culture et à la vente de poinsettia. Après sa mort, son fils Paul Ecke a pris la relève. Celui-ci avait le sens du marketing, il appela le « poinsettia » « étoile de Noël » et veilla – à l’aide de publicité et en collaboration avec des magazines – à ce qu’il trouve rapidement une place de choix dans la culture de Noël américaine.

En Europe aussi, le poinsettia a rapidement gagné en popularité. À partir des années 1950, les cultivateurs américains et européens ont même réussi à faire de l' »étoile de Noël » une plante d’intérieur assez petite, qui pouvait également être conservée en pot. Ainsi, elle avait définitivement réussi : sur les deux continents (et également dans de nombreux autres pays), elle était devenue incontournable pendant la période de Noël.